Lettre FNB

LETTRE OUVERTE

 

 

Aujourd’hui les magnifiques chênes centenaires récoltés dans nos forêts sont de plus en plus chargés sur des camions puis des containers qui vont faire 7000km de camion et 28000 km de bateau, quand nous pouvons faire une transformation locale, dans les scieries de nos villes et villages, dans le respect de l’écosystème, de la forêt qui nous fait vivre, qui fait vivre nos familles.

 Les scieries françaises manquent de matière aujourd’hui de façon dramatique, mettant en danger leur survie, alors que des milliers de containers partent pour les pays asiatiques, entraînant un impact environnemental énorme, et risquant de provoquer à très court terme la disparition de la filière de transformation française et ses 26000 emplois !

Nous pouvons à ce jour où nous voulons « Make our planete great again « faire une exploitation et une transformation éco-responsable de notre merveilleuse forêt française, de ces arbres pluri-centenaires que nous ont légués nos parents, nos grands parents, nos arrières grands parents  et des générations avant eux.

 Aujourd’hui, alors que nous avons tous à cœur de redonner à notre pays sa force et sa vitalité, nous savons qu’il faut nous appuyer sur nos avantages et nos ressources.

Nous avons la plus belle forêt de chêne du monde, nous avons la chance d’avoir cette ressource, d’avoir l’outil pour la transformer en France, et nous sommes entrain de laisser décliner toute cette filière en laissant partir cette richesse sans aucun retour à l’export!

Pour un m3 exporté, quasiment aucune valeur créée en France !

Tandis que le scieur français lui crée de la valeur ajoutée : nous payons la TVA, nous payons nos taxes locales , nous payons des contributions pour le développement de la forêt, de la matière bois, pour la recherche permettant de construire maintenant des maisons en bois, des immeubles en bois…

Et surtout nous faisons vivre ces familles qui nous accompagnent toute l’année afin de ressortir la quintessence de nos bois, avec toutes les possibilités que des décennies de savoir faire ont apportées à nos scieries, que ce soit pour vos parquets, vos meubles, vos terrasses, vos bardages, vos plans de travail de cuisine, mais aussi les traverses paysagères, le bois énergie...

 

Nous n’avions pas de pétrole mais nous avions les idées… Aujourd’hui, la France à la ressource, une ressource écologique cette fois, et les idées, mais nous risquons à court terme de laisser notre ressource majoritairement partir à l’étranger... Que ferons-nous avec nos seules idées?

 

Il est urgent de mettre en place dès aujourd’hui une action visant à donner les moyens à notre filière chêne de continuer son développement en gardant les bienfaits économiques et écologiques de notre patrimoine forestier.

 

Aujourd’hui nos forêts sont belles avec l’aide de l’état qui aide les propriétaires forestiers à les rendre accessibles, à les entretenir, à les planter... Cet argent doit aussi avoir un retour sur investissement pour notre pays, nous ne pouvons subventionner des bois qui partiront à l’étranger alors que nos scieries manquent de bois! Alors que les emplois de nos scieries sont clairement menacés ! Car c’est un comble, dans le pays ayant la plus grosse ressource de chêne en Europe, elles risquent de disparaître par manque de bois à transformer!

Tandis que le scieur français lui crée de la valeur ajoutée : nous payons la TVA, nous payons nos taxes locales , nous payons des contributions pour le développement de la forêt, de la matière bois, pour la recherche permettant de construire maintenant des maisons en bois, des immeubles en bois…

Et surtout nous faisons vivre ces familles qui nous accompagnent toute l’année afin de ressortir la quintessence de nos bois, avec toutes les possibilités que des décennies de savoir faire ont apportées à nos scieries, que ce soit pour vos parquets, vos meubles, vos terrasses, vos bardages, vos plans de travail de cuisine, mais aussi les traverses paysagères, le bois énergie...

Nous n’avions pas de pétrole mais nous avions les idées… Aujourd’hui, la France a la ressource, une ressource écologique cette fois, et les idées, mais nous risquons à court terme de laisser notre ressource majoritairement partir à l’étranger... Que ferons-nous avec nos seules idées? 

Il est urgent de mettre en place dès aujourd’hui une action visant à donner les moyens à notre filière chêne de continuer son développement en gardant les bienfaits économiques et écologiques de notre patrimoine forestier.

 Aujourd’hui nos forêts sont belles avec l’aide de l’état qui aide les propriétaires forestiers à les rendre accessibles, à les entretenir, à les planter... Cet argent doit aussi avoir un retour sur investissement pour notre pays, nous ne pouvons subventionner des bois qui partiront à l’étranger alors que nos scieries manquent de bois! Alors que les emplois de nos scieries sont clairement menacés ! Car c’est un comble, dans le pays ayant la plus grosse ressource de chêne en Europe, elles risquent de disparaître par manque de bois à transformer!

La Chine s’approvisionne chez nous actuellement car elle a arrêté d’exploiter ses forêts au Nord Ouest, constatant une surexploitation flagrante. Nous ne pouvons pas laisser ces pays venir se servir chez nous en détruisant nos emplois et en  captant cette ressource qui est une des forces réelle de notre pays ! Et cela entraine un bilan carbone 17 fois supérieur à celui d’un bois transformé en France ! Make our planete great again ?

 Le président de la République alors candidat a dit : « aujourd’hui la filière bois est une des plus grandes aberrations économiques que nous connaissons » avec « un pays qui exporte son bois et qui importe massivement des produits finis à base de bois. »

 Nos sommes donc tous d’accord, il nous faut donc maintenant agir en urgence pour sauver notre filière et nos emplois.

 

 Nous demandons au Président de la République de nous recevoir aujourd’hui, ce soir, demain,  nous sommes là, présents et attendons son appel. Chaque jour compte pour les scieries françaises.

 Ce chêne récolté à côté de votre maison, dans cette forêt que vous aimez parcourir en famille ou en faisant du sport, ce chêne qui a servi de support aux premières cabanes de nos enfants doit-il partir en Chine pour être transformé aux dépends de notre pays, de nos emplois, doit il faire des milliers de km en containers et en camion ou bien peut-il être scié, séché et transformé dans nos scieries locales, ces scieries que nous connaissons tous près de chez nous où des passionnés de la forêt et de leur métier travaillent chaque jour à valoriser ce matériau écologique, durable, chaleureux qu’est le chêne?

Nous aimons notre forêt, elle nous abrite, nous ressource, nous partageons sa vie, ses saisons…Gardons cette vie, gardons cette force de la nature pour nos emplois, pour notre pays, pour nos enfants...